Un point et le rêve commence . . .

Pour ce nouvel article, je vais vous présenter une artiste peintre que j’aime beaucoup : Oriane BIANGONGA.
Vous devez l’avoir remarqué maintenant, ma quête à moi c’est l’histoire des artistes et surtout celle de leurs œuvres. J’ai alors demandé à OrianeBIANGONGA qu’elle était l’histoire de ses œuvres.

Au commencement, il y a le point m’explique-t-elle.
La jeune artiste dessine depuis son plus jeune âge d’une manière automatique en utilisant lepoint. Elle se plonge alors dans un rêve éveillé…
Elle navigue ainsi entre le conscient et l’inconscient. C’est une manière d’être attentif « en soi ; autour de soi, à l’infini » dit-elle.

Ses œuvres peintes, ses « rêves » comme elle les nommes, sont récents.
Son premier rêve est né en 2016.
Pour ses rêves peints, elle commence toujours par la matière.
Elle confectionne elle-même un mélange formant une matière granuleuse, qui peut être lissée.Cette matière lui permet de retrouver le point, qui pour elle, est le battement de cœur essentiel à la vie, à son rythme intérieur. Ses rêves vont petit à petit prendre vie en fonction des couches de peinture qui vont révéler ses points tel de l’encre qu’on verse sur des milliers de grains de sel.
Sans impliquer sa conscience, uniquement avec ses ressentis, son rêve prend vie sous ses yeux.
«[…] je vis le rêve, en même temps que je le crée[…] »

Pour ses rêves, l’artiste utilise bien souvent du bleu. Pourquoi le bleu lui ai-je demandé.
Oriane Biangonga m’explique alors que le bleu est une couleur qui accueille toutes les couleurs, toutes les émotions et sensations. Le bleu est pour elle « un océan qui te dépasse, accueille tous les points de différentes couleurs. »

Et d’où viennent ses rêves, qu’est-ce qui donne vie aux points ?
« […] je fais ça pour vivre, dans le sens pour vibrer [… ] C’est une nécessité, un besoin, une urgence, […] c’est une entrée, une porte d’entrée vers l’infinie, vers quelque chose qui me dépasse. Quand je peins, je me sens pleinement réceptive à l’instants, tout me paraît juste et beau  […] Dans mes tableaux je perçois de nombreuses créatures, des êtres, et des esprits. Pour moi, ils sont vivants … »
Les rêves de l’artiste sont donc vivants. D’ailleurs, l’artiste fait un parallèle entre ses tableaux et les plantes, et plus généralement la nature : J’aime le fait qu’ils soient sensibles à la lumière […]dit-elle.

rêve de fusion
rêve de fusion

Une fois le rêve sorti d’elle-même, l’artiste le laisse vivre sa propre histoire : « […] je suis très contente qu’ils aient une nouvelle vie ailleurs. »
Bien souvent, la « vie ailleurs » de ses tableaux se fait dans des familles d’accueils qui sont, intimement connectés à l’univers intérieur d’Oriane Biangonga.
Par exemple, l’une de ses dernières clientes, une musicienne lui a confié « j’ai rêvé de ton tableau ».
Cette musicienne a ressenti le rythme qu’on retrouve dans les tableaux de l’artiste.
Ce rythme interne que la jeune peintreexprimedans ses rêves fait écho à sa pratique du piano depuis l’âge de 6 anset son parcours au sein du conservatoire de musique de Savigny-le-Temple où elle a obtenu le Certificat de Fin d’Année Musicale (CFEM) mention Très Bien en 2007.

Pour l’heure je ne vous en dis pas plus sur les rêves d’Oriane Biangonga et sur l’aventure que j’ai vécuavec eux afin de vous laisser la place de vous raconter votre propre histoire et vivre une expérience personnelle et unique.

Je vous invite alors à faire se croiser vos rêves et ceux de cette jeune et talentueuse artiste au Marché de la Création Paris Montparnasse tous les dimanches !

Je suis Mélina Gabler, je sais où je vais. Et vous ?


English version

OB

A dot and the dream begins . . .

For this new article, I will introduce you to a painter which I like very much: Oriane BIANGONGA.

It was over a Viennese chocolate that we talked a lot about her work.
You probably have noticed by now, that my own quest is about the story of artists and especially about their works. So, I asked Oriane BIANGONGA what was the story of her work.

At the beginning, there is the dot she explains to me.
The young artist started to draw when she was very young, in an automatic way using the dot.
Then, she plunges into a waking dream … So, she navigates between the conscious and the unconscious. It is a way of being attentive « … in itself; around you, to infinity… « she says.

Détail Rêve de métamorphose
rêve de métamorphose

Her painted works, her « dreams » as she calls them, are recent.

Her first dream was born in 2016.
For her painted dreams, she always starts with the matter.
She makes herself a mixture which is forming a granular matter, which can be smoothed out.
This matter allows her to recover the dot, which for her is the heartbeat essential to life, to her inner rhythm. Her dreams will gradually come to life depending on the layers of paint that will reveal its points as ink that is poured on thousands of grains of salt.

Without involving her conscience, only with her feelings, her dream comes to life before her eyes.
 » […]I live the dream, at the same time that I create it […]  »

For her dreams, the artist often uses blue. “Why the blue?” I asked her.
Oriane Biangonga explained to me that blue is a color that welcomes all colors, all emotions and sensations.
Blue is for her, « an ocean that exceeds you, welcomes all dots of different colors.”

And where do her dreams come from, what brings the dots to life?
« […]I do that to live, in a way to vibrate.[…]It was a necessity, a need, an urgency, what to do […]it’s an entrance, a gateway to the infinite to something that is beyond me, when I paint, I really feel myself, I feel myself fully and completely. […]it’s my happiness. It also helps me to navigate into my imagination, I see in my paintings many creatures, beings, spirits. For me they are alive […] »

Rêve d'élévation
rêve d’élévation

The artist’s dreams are therefore alive. Moreover, the artist draws a parallel between her paintings and plants, and more generally nature: “ I like the fact that they are sensitive to light […]”she said.
Once the dream comes out of itself, the artist lets the paintings live their own story: « […]I am very happy that they have a new life elsewhere.  »

Often, the « life elsewhere » of his paintings is done in host families who are connected in a intimate way to Oriane Biangonga’s inner world.
For example, one of her last clients, a musician, told her « I dreamed of your painting ». This musician has felt the rhythm found in the paintings of the artist. This internal rhythm that the young painter expresses in her dreams echoes her practice of the piano since the age of 6 and her career in the music conservatory of Savigny-le-Temple where she obtained the Certificate of Completion, music year (CFEM) with honors in 2007.

For now, I do not tell you more about Oriane Biangonga’s dreams and the adventure that I lived with them to give you the space to tell you your own story and live a personal and unique experience.

I invite you to cross your dreams and those of this young and talented artist at the Paris Montparnasse Creative Market every Sunday!

I’m Melina Gabler, I know where I’m going. What about you ? 

 

7 réflexions au sujet de “Un point et le rêve commence . . .”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s